Gerda Alexander, fondatrice de l'Eutonie

Gerda Alexander est née à Wupperthal (1908-1994).

 

Rythmicienne Jaques-Dalcroze, atteinte d'une maladie cardio-vasculaire dans sa 25ème année, elle se voit contrainte à abandonner ses activités. 

C'est en appliquant pour elle-même des exercices modifiés de l'enseignement de la rythmique qu'elle a pu découvrir comment économiser l'énergie et donner la possibilité à son corps de vivre le moment présent sans fatigue et/ou sans épuisement

 

Elle a pris le temps d'observer, de comprendre et de chercher comment fonctionnait son corps.

Elle a pu lui donner des années à vivre et s'est éteinte à l'âge de 86 ans !

 

Ses recherches pour économiser l'énergie qu'elle avait en elle lui ont ouvert la voie d'une prise de conscience du corps autre que ce qui existait à l'époque.

 

Elle partage ses découvertes avec son entourage, dans les jardins d'enfants dans les écoles et au théâtre, ses principaux lieux de travail.

Forte de ses acquis, elle en tire des conclusions.


Elle fonde alors en 1940, son École d'Eutonie Gerda Alexander à Copenhague. Elle y reçoit des élèves enthousiastes de tous bords et de toutes convictions (médecins, paramédicaux, artistes, musiciens, enseignants, psychomotriciens, des personnes porteuses d'une déficience corporelle mais aussi des personnes qui recherchent leur épanouissement corporel, etc. ...)
Ses recherches se basent surtout sur le mouvement naturel.

 

Gerda Alexander a donc ouvert la voie vers la prise de conscience du corps et a mis en place une pédagogie centrée sur le sujet et non sur le but à atteindre : « l'élève » comme elle se plaisait à le dire, observe, cherche et à partir de ses observations, aspire à trouver le juste équilibre musculaire et articulaire

 

Elle a été précurseur dans la recherche de l'unité psycho-corporelle et dans la prise de conscience des sensations corporelles

 

Gerda Alexander utilisait entre autre du petit matériel facilement disponible et pratique par son utilisation.

Que ce soit les balles de tennis, les bambous, les marrons, tous ces petits objets permettront d'aider le/la participant.e à détecter, à relâcher et à équilibrer les tensions.